L’Art de se parfumer

L’art et la manière de se parfumer n’ont cessé d’évoluer à travers les époques, accompagnés par des mœurs parfois divergentes.

L’utilisation du vaporisateur est aujourd’hui la façon la plus courante de laisser un sillage derrière soi. C’est en fait né d’un mouvement américain dans les années 70, qui entrainât une vague d’hygiène nouvelle, avec la mise sur le marché des déodorants par exemple. Les jeunes de l’époque sont plutôt tournés fragrances androgynes et légères comme CK One et Abercrombie.

Avant cela en Europe, les bouteilles de parfum présentaient plutôt des flacons, et le parfumage se faisait de manière plus intime et sensuelle.

Mais même en Europe, les habitudes et les goûts olfactifs diffèrent : les endroits chauds d’Espagne aiment la fraîcheur et les eaux de colognes, les françaises aiment les eaux de parfum et de toilette de caractère boisé, les italiennes adorent laisser un sillage derrière elles, tandis que les anglosaxones préfèrent les gammes corporelles comme les poudres, gels de douche et laits pour le corps, n’hésitant pas parfois à les mélanger.

Avant les années 70, chez les américaines, c’est l’exagération et le foisonnement de la gourmandise. Elles aiment les parfums qui tiennent, elles écoutent la publicité et aiment se parfumer comme leur stars préférées. D’où le fameux succès de N°5, parfum préféré de Marylin Monroe.

En Inde, on utilisait plutôt des huiles parfumées. En Egypte, des sortes de cônes de concrète (pour faire simple, la concrète est solide et grasse, tel un baume de parfum) sur le sommet du crâne, qui en fondant libéraient le parfum sur les cheveux. Au japon, la tradition voulait qu’on parfume plutôt les vêtements. Puis lorsque l’on commence à s’offrir du parfum, c’est plus pour la beauté de l’objet, peuple raffiné jusqu’au bout.

Comme je vous l’ai dit, chaque pays peut avoir des coutumes différentes, plus ou moins ancestrales pour le parfumage.

Nous avons perdu l’usage sensuel du parfum au fur et à mesure du temps dans le commerce des parfumeries d’aujourd’hui. C’est pour cela qu’il est à mon sens important de connaître quelques astuces de parfumage, pour être certain(e)s de sublimer au mieux son sillage et de faire mouche partout où vous passerez.

Privilégier les points de pulsations : Autrement dit, les zones où le sang afflue et donc où la peau est plus chaude (cou, nuque, chevilles, derrière les oreilles, creux de la poitrine, poignets, creux des coudes, derrière les genoux) car les molécules odorantes s’épanouiront davantage et serons plus personnelles. A noter que les cheveux sont un endroit clé pour délivrer un parfum subtil et envoutant à chaque mouvement de votre crinière. De plus, ils tiennent superbement bien la fragrance. Pour cela, de plus en plus de lignes de parfum proposent des brumes parfumées pour les cheveux (par ex Miss Dior, J’adore de Dior, N°5 de Chanel, La Petite Robe Noire de Guerlain…)

Parfumer ses vêtements : ça peut être bien pour des concentrations eau de toilette car elles sont souvent moins opulentes et ont donc moins besoin d’être en contact avec la chaleur du corps pour s’épanouir. Mais attention, la laine, le cachemire ou le coton apprécient mieux les fragrances que les matières synthétiques sur lesquelles le résultat n’est pas folichon. Par contre, on bannit le cuir, car le jus peu le tacher !

Utiliser les gammes sensorielles : Pour intensifier le sillage et la tenue, au travers d’une crème pour le corps, d’une brume cheveux ou d’un déodorant. Pour ce qui est du lait ou de la crème pour le corps, rien n’oblige à l’appliquer partout car ce sont souvent des produits onéreux… mais privilégiez le cou/décolleté et les bras, puis parfumez-vous par dessus.

Se parfumer pour se rafraîchir : pour les eaux fraîches ou les eaux de toilette, je trouve que la technique du parfumage en nuage est assez appropriée. Il suffit de créer un nuage parfumé devant soit en pulvérisant la fragrance 3 ou 4 fois et de traverser la retombée. Les gouttelettes parfumées vont se poser avec délicatesse sur la peau et les vêtements.

Pour les hommes : les points de pulsations ne sont pas les mêmes, mais sont tout aussi importants. On se parfume plutôt des deux cotés de la nuque, au centre du torse et sur les dessus de poignets. Le revers de la veste est également une zone très chic chez l’homme, car elle laisse deviner la fragrance avec subtilité à chacun des mouvements de monsieur.
Les gammes sensorielles sont aussi très développées chez les messieurs, alors on en abuse car c’est vraiment une touche personnelle super sensuelle en déodorant, gel douche ou après rasage !

  • Pour être sûr de la tenue de son parfum, le mieux est encore d’avoir la fragrance avec soi. Pour cela, procurez-vous un vaporisateur de sac comme celui-ci sur Amazon !
img_0259

Auteur : Les Instants de Céline

Blog d'une passionnée de parfums. Ici, les odeurs nous vont droit au cœur, les émotions s'entrechoquent et les découvertes s'enchaînent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s