Secrets de fabrication : les 6 méthodes d’extraction

La première étape de la création d’un parfum, et pas des moindre : l’extraction des molécules odorantes des fleurs et des plantes aromatiques, afin d’en extraire l’absolu. Ce trésor olfactif ultra concentré, sera ensuite utilisé pour façonner la pyramide olfactive du parfum.

Au fur et à mesure que la palette du parfumeur s’est agrandie, de nouvelles méthodes d’extraction ont vu le jour, afin de pouvoir s’approprier chaque odeur.

LES 6 METHODES D’EXTRACTION

  • DISTILLATION

Technique très utilisée car elle est facile et peu couteuse.

Le principe est simple : les fleurs sont comme « cuites à la vapeur ». On porte de l’eau à ébullition dans de grandes cuves appelées « alambic », tandis que les fleurs sont placées dans des paniers au dessus du niveau de l’eau.

En chauffant, la vapeur d’eau traverse les pétales et s’imprègne des molécules odorantes. Puis à son arrivée dans un tuyau, elle retrouve son état liquide en refroidissant.

Le liquide obtenu contient de l’eau et de l’huile, qui naturellement vont se séparer par le poids de chacune d’elle. On récupère l’huile essentielle pour la composition des parfums, tandis que l’eau florale restante sera souvent utilisée dans les cosmétiques.

Idéal pour :

Rose, Ylang-Ylang, Magnolia, Patchouli, Fleur d’oranger, Vétiver, Cannelle…

  • EXTRACTION AU SOLVANT VOLATIL

C’est une méthode nécessaire pour extraire le parfum des fleurs fragiles, qui ne supportent pas les fortes chaleurs et donc la distillation. Au départ couteuse, aujourd’hui on utilise surtout de l’éthanol, à moindre coup.

Les fleurs sont plongées dans un solvant, au cœur de grandes cuves appellées « extracteurs », afin que le solvant s’imprègne de leur odeur. Elles subissent plusieurs bains, et ainsi jusqu’à ce qu’elles n’ai plus d’odeur à offrir.

C’est seulement après évaporation du solvant que l’on récupère l’essence de l’extraction : une pâte résineuse appellée concrète. Parfois, elle est encore utilisée telle quelle, mais le plus souvent on la filtre une dernière fois à l’alcool afin de ne garder que le precieux nectar final necessaire à la composition des fragrances : l’absolu.

Idéal pour :

Jasmin, Tubéreuse, Fève tonka, Mousse de chêne…

  • ENFLEURAGE

La technique de l’enfleurage peut se faire à chaud ou à froid, en fonction de la fragilité des fleurs. Pour le jasmin par exemple, ses délicates pétales subissent un enfleurage à froid.

Le procédé est le suivant : les fleurs sont déposées dans la graisse, chaude ou froide et renouvelées jusqu’à saturation complète de la matière en molécules odorantes. La graisse possède naturellement la faculté à retenir les odeurs.

L’extraction à chaud nous offre des ongents, que l’on filtre et lave à l’alcool pour obtenir l’extrait.

Pour l’extraction à froid, c’est presque pareil : on obtient des pommades parfumées, que l’on peu utiliser en l’état ou bien baigner dans le solvant pour ne garder que l’absolu.

Idéal pour :

Jasmin, Tubéreuse, Jonquille…

  • EXTRACTION AU CO2 SUPERCRITIQUE

Le CO2 supercritique, est du dioxyde de carbone qui jongle entre deux états : il est à la fois liquide et gazeux.

On l’utilise à basse température et sous pression afin d’extraire les molécules odorantes au travers du gaz.

Cette technique est de plus en plus utilisée. Peu couteuse, elle respecte au mieux l’environnement et l’odeur originelle des fleurs, car la température d’extraction reste relativement basse.

Idéal pour :

Vanille, Gingembre, Cardamome…

  • EXPRESSION

Elle reste la technique la plus simple de toute l’industrie du parfum. Elle a traversé les siècles en suivant peu de modifications.

Elle est née en Sicile et ne concerne que les agrumes. À l’époque on utilise la méthode de « l’éponge » : Les fruits sont vidés de leur jus et l’écorce pressée au travers de grosses éponges qui récoltent ainsi l’huile essentielle.

Aujourd’hui, ce sont des machines qui pressent les agrumes entiers, et séparent par la suite le jus de l’huile essentielle, ce qui n’induit que très peu de coups financiers.

Parfois, ce sont les écorces qui sont broyées, ce qui dispense de séparer les liquides par la suite.

Le seul désavantage à noter est la durée de conservation des huiles essentielles : en effet, comme les extraits odorants des fruits sont purs et non transformés, ils ne sont utilisable que six mois après leur extraction.

Idéal pour :

Citron, Bergamote, Orange, Pamplemousse…

  • HEAD SPACE

Procedé futuriste, le head space consiste à reconstituer en laboratoire l’odeur naturel des fleurs et des plantes, au travers d’une machine qui capte les molécules odorantes et les analysent.

L’avantage est que l’on peut aller plus loin, en choisissant de reproduire des ambiances comme par exemple l’odeur des embrunts, des sous-bois ou encore de la campagne.

« Le grand livre du parfum »-Aux éditions NezLittérature

https://shop.auparfum.com/boutique/editions-nez/nez-culture/le-grand-livre-du-parfum/

CHANEL et la culture du jasmin

Le jasmin, plante à parfum aussi luxueuse que fragile, est une des fleurs les plus adulée de la parfumerie.

Grasse : capitale du parfum, offre des conditions de culture idylliques pour une grande partie des fleurs et des agrumes préférés des parfumeurs.

Au fil des 6 ouvrages , Chanel met sur papier la carte d’identité de ses fleurs chéries et nous dévoile les secrets de récolte et de fabrication des extraits.

2,5 hectares, c’est la superficie des champs de jasmin de la famille Mul, pour la maison Chanel. Fleur très délicate, elle s’épanouit et développe sa fragrance la nuit car le soleil altère sa fragilité. C’est pour cela qu’on la récolte à l’aube, lorsque la rosée est encore présente, et préserve la fraîcheur des pétales.

Au coeur du pays Grassois, c’est le jasmin Grandiflorum qui est cultivé pour les parfums Chanel. C’est une variété originaire d’Orient, qui ne supporte pas les baisses de température hivernales. Mais la variété de la famille Mul est issue d’un processus de greffe et de pré-culture en serre. Son odeur est équilibrée ; ses molécules odorantes restent fidèlement identiques quelque soit l’époque de l’année.

Pour les cueilleuses, la fin de l’été se traduit par la récolte de ces pétales infiniment légers et à la fragilité troublante lorsque l’on connait la puissance de leur pouvoir odorant.

Les pieds sont ensevelis de terre l’hiver arrivant, afin qu’ils soit protégés des gelées.

L’absolu de jasmin est obtenu par la technique de l’extraction au solvant volatil. Les fleurs sont placées dans de grandes cuves et plongées dans un solvant. Celui-ci « capture » l’odeur du jasmin et s’en imprègne, plusieurs heures durant. Une fois la fleur vidée de son odeur, on récolte une pâte appelée « concrète », par évaporation du solvant.

Un dernier bain à l’alcool permet l’ultime transformation, afin de ne conserver que l’absolu. D’une extrême concentration (il faut environ 700kg de fleurs pour obtenir 1kg d’absolu), le liquide est utilisé dans la composition des parfums.

« Dans les champs de Chanel – À Pégomas en pays de Grasse – Editions La Martinière » : Magnifique coffret de 6 ouvrages illustrés de photographies. On y retrouve tous les secrets de culture et de fabrication des extraits de ces plantes à parfum iconiques de la maison Chanel (Géranium, Tubéreuse, Iris Pallida, Rose de mai, Jasmin de Grasse + un livre sur Pégomas et le partenariat avec la famille Mul).

http://www.editionsdelamartiniere.fr/ouvrage/dans-les-champs-de-chanel/9782732467900

https://livre.fnac.com/a9701219/Lionel-Pailles-Dans-les-champs-de-Chanel-coffret-6-ouvrages

Savez-vous quels parfums Chanel contiennent du Jasmin de Grasse ?

Chanel et Dior en images

Grande passionnée de parfums comme vous le savez, je lis beaucoup de livres sur ce sujet.

Mes deux dernières acquisitions sont de courtes biographies infographiques aux éditions J’AI LU :

« Biographie Coco » par Sylvie Collins et « Biographie Dior » par Liz Flavell

Superbe découverte ! Les ouvrages se composent d’un même sommaire qui comprend :

  1. L’iconographie
  2. L’introduction
  3. La vie du personnage
  4. L’univers
  5. Les oeuvres
  6. L’héritage
  7. La biographie (qui dévoile en réalité les personnalités qui ont entouré la vie du couturier)

Les livres sont superbement construits et très agréables à parcourir. Explicites, simples, ludiques mais complets.

J’aime également beaucoup la mise en page, c’est rempli de couleurs, de schémas et d’illustrations qui nous plongent littéralement dans la vie des couturiers.

Franchement autant idéal pour les novices qui souhaitent connaitre les bases de la vie de ces grands noms de la mode, que pour les plus avisés qui veulent consolider leurs acquis.

En plus, ils sont clairement abordables car ils coutent moins de 10€ pièce !

Avez-vous des ouvrages sur le parfums que vous adorez ?

C’est quoi la « Guerlinade » ?

Aujourd’hui, on lève le voile sur ce mot à la fois évocateur et rempli de mystère.

Vous l’avez sans doute déjà entendu au cours d’une balade en parfumerie, dans la bouche d’une conseillère, sur un blog ou encore dans les magazines.

Vous vous faites plus ou moins une idée, mais rien n’est certain.

Vous pouvez peut-être déjà en comprendre une partie si je vous explique qu’un parfum Guerlain possède une âme. Chaque parfum Guerlain est différent, mais est rattaché à un cœur de tradition datant de plusieurs décennies.

Tout part d’une fragrance, créée en 1921 par Jacques Guerlain, et portant le nom de « Guerlinade ».

Aujourd’hui la « Guerlinade » c’est la signature olfactive de chaque parfum de la maison, qu’on retrouve au cœur de chacun d’eux et qui fait qu’on se retourne sur un sillage avec comme une impression de « déjà senti »…

La patte Guerlain est indiscutablement reconnaissable dans les différentes créations qui ont traversées les époques, rien de plus simple grâce à ça que d’expliquer pourquoi les femmes sont si fidèles à la maison de création.

On en attendait pas moins d’une VRAI maison de parfums comme celle-ci, et de Thierry Wasser (parfumeur créateur et nez Guerlain) qui sait faire perdurer son patrimoine olfactif, tout en capturant l’ère de la nouveauté et en provoquant toujours autant d’émotions.

Mais alors, qu’est-ce qu’il y a dans la Guerlinade ?

Et bien, une juxtaposition de matières olfactives. Des fleurs, des bois ou encore des racines ; un choix de matières rares et aux essences luxuriantes.

Elles transpirent chacune un caractère unique ; et ensemble excellent dans l’art de révéler l’âme de la maison.

La bergamote de Calabre : On utilise seulement le zeste et l’essence de la peau de l’agrume en parfumerie, que l’on extrait à froid à l’aide de grosses machines qui pressent les fruits.

Traditionnellement, l’essence de bergamote était récoltée à la main.

Son odeur est fraîche, agrumée et pétillante ; légèrement plus amer que le citron.

Capture d’écran 2019-09-16 à 19.54.37

L’iris de Toscane : L’iris est une matière première rare et chère de la parfumerie, car sa récolte est longue et fastidieuse. Sont utilisées seulement les racines de la plante, qui ont besoin de plusieurs années pour arriver à maturité. Enfin, elles doivent subir un très long moment de séchage afin de développer les molécules odorantes nécessaires à l’extraction de son huile essentielle au CO2 super critique.

Son odeur est florale, poudrée et enveloppante ; elle rappelle l’odeur des poudres de maquillage. Et oui, Guerlain parfume bel et bien les siennes au parfum d’Iris !

Capture d’écran 2019-09-16 à 19.54.53

La rose de Grasse, Turque ou Bulgare : La rose est la reine des fleurs de la parfumerie. Il en existe autant d’espèces que de résultats olfactifs différents.

La rose de mai : elle est très éphémère, sa récolte explose entre le mois de mai et de juin.

Très belle fleur délicatement colorée, on l’appelle aussi la rose Centifolia (aux cents pétales).

Extrêmement fragiles, les roses sont récoltées à la main à l’aube afin de préserver tout leur parfum, puis sont acheminées dans les heures qui suivent pour en extraire leur huile essentielle au plus vite.

On utilise la distillation, méthode ultra traditionnelle qui fait intervenir la vapeur d’eau pour mettre le parfum des fleurs en flacons.

Son odeur est très riche, délicate aux facettes miellées.

La rose Bulgare, également appelée rose Damascena provient de Turquie ou de Bulgarie. Elle subit la même extraction par la distillation que sa cousine la rose de mai.

Son odeur est plus riche, plus opulente. Elle nous plonge dans une effluve olfactive plus charnelle.

Capture d’écran 2019-09-16 à 19.55.01

Le jasmin de Grasse, d’Egypte ou d’Inde : En parfumerie, on utilise principalement deux espèces différentes.

Le jasmin Sambac, récolté entre mai et juin, tôt le matin lui aussi pour ne pas altérer ses qualités olfactives.

Le jasmin Grandiflorum lui offre des fleurs du mois d’août au mois de novembre.

Son odeur est sensiblement fidèle à celle des fleurs blanches : chaude, capiteuse, charnelle, presque un peu animale. Tellement qu’on raconte qu’il était interdit aux jeunes vierges italiennes d’approcher les champs de jasmin afin d’éviter d’attiser leur curiosité sexuelle et de tenir les hommes à distance.

Capture d’écran 2019-09-16 à 19.55.14

La vanille de Madagascar : C’est le fruit d’une espèce d’orchidée, qui a besoin de 8 à 9 mois pour arriver à maturité. Au départ humide et vert, le fruit aura besoin de subir de longs mois de séchage afin d’obtenir une essence olfactive intéressante, tout autant qu’une épice consommable.

Elle est grandement utilisée en parfumerie ; c’est une note de référence des parfums orientaux et gourmands.

On l’extrait à froid pour obtenir dans un premier temps une concrète, qui sera par la suite transformée en absolu.

Son odeur est gourmande, sucrée et rassurante.

Capture d’écran 2019-09-16 à 19.55.22

La fève tonka du Venezuela : est une graine de couleur foncée, qui suit un processus d’étapes qui lui donneront la faculté de développer sa note inédite et singulière.

Elle est séchée après récolte, puis trempée dans du rhum pendant 24h pour lui ajouter cette facette liquoreuse. Puis on la sèche à nouveau, avant d’en fabriquer la concrète et l’absolu par extraction aux solvants volatils.

Son odeur est naturellement un peu vanillée, mais avec des accents boisés. Elle est ronde, chaude et corsée.

Capture d’écran 2019-09-16 à 19.55.32

La « Guerlinade » c’est donc six matières premières et six notes qui apportent chacune leur essence et leur singularité, pour fonctionner ensemble et offrir une finalité qui reste signature de la maison.

Guerlain c’est l’institution de la création parfum depuis 1828, 1100 créations et quatre générations de parfumeurs ; une référence en la matière.

Les parfums qui évoquent la nature

Avec les beaux jours et les fortes chaleurs, on a envie de fragrances fraîches et qui sentent bon la nature.


Ô de Lancôme

Une icône. Une eau de toilette fraîche, légère et joyeuse, pour se rafraîchir le corps et l’esprit.

Overdose de citron pour la note acidulée du départ ; puis un duo détonant de chèvrefeuille et de bois de santal apporte tenue et caractère.
Une fraîcheur classique, à porter tout l’été lors des dîners estivaux au cœur du jardin.


Un jardin sur le Nil, Hermès

Une création de Jean Claude Elena. Entouré de ses compagnons « Un jardin sur le Toit », « Un jardin après la Mousson », « Un jardin en Méditerranée » et le petit dernier « Un jardin sur la Lagune » par Christine Nagel.
Ce qu’on aime dans cette eau fraîche ? Sa note inédite de mangue verte, associée au lotus et à l’encens pour nous faire voyager.

« Une odeur d’eau et de sable », comme aime à le dire le parfumeur.


Acqua di Gioia chez Armani, « l’essence de joie »

Un accord menthe-citron qui twist la fraîcheur dès le départ.

Puis le jasmin d’eau offre une facette sensuelle mais aquatique. Enfin la fragrance se termine sur un accord inédit de sucre roux pour réchauffer le sillage et nous rendre accrocs.


Herba Fresca chez Guerlain, collection Aqua Allegoria

L’odeur de l’herbe coupée.

La fragrance nous transporte immédiatement au cœur d’un jardin, à l’heure de la fin d’une chaude journée d’été.
La fraîcheur est interprétée par l’accord citron-menthe, qui fait là aussi son effet. La note verte est ajoutée par le thé vert et le muguet. Étonnant.


L’eau de campagne de Sisley

Un grand moment de fraîcheur original.
Un sillage complètement inédit devenu culte : la note de feuille de tomate prédomine dans cette eau de toilette mixte. Elle apporte une fraîcheur croquante et verte.
Le duo basilic-citron juteux explose, tandis que le muguet dépose sa signature délicatement fleurie.

La note de fond laisse place au musc, à la mousse de chêne et au patchouli pour contraster avec un accord aromatique boisé.
Fraîche, stimulante et élégante.


Trèfle Pur par Atelier Cologne

Une autre interprétation olfactive de l’herbe humide fraîchement coupée.

Création à partager (bien sûr), Trèfle Pur ne contient pas de trèfle… mais du basilic pour la fraîcheur verte-aromatique mais néanmoins douce, du petit grain pour une once d’amertume appréciée et du bois de cèdre pour une signature élégante.

Fraîcheur des accords et tenue font ici bon ménage, car les « Colognes Absolues » de la maison sont semblables à des eaux de parfum car hautement concentrées en matières premières.


Acqua di Gio, Chez Armani

La version masculine du couple Acqua.

Acqua di Gio c’est l’essence de l’océan, l’odeur du sel marin sur la peau chaude d’un bel homme musclé. C’est la rencontre de la force des embruns et de la douceur de vivre à l’italienne…

Inspiré de la petite île secrète et préférée du couturier, le parfum marque la fraîcheur dès le départ avec un trio mandarine/bergamote/néroli aussi doux que juteux.

Puis les notes marines et le jasmin entrent en scène pour conférer à la fragrance cet accord « marin » qu’on aime tant.

Élégant et authentique, Acqua di Gio est la signature des parfums masculins de la maison.


Terre d’Hermes

Création directement inspirée de la terre et des éléments, Terre fut et restera le grand succès masculin de la maison Hermès.
Quoi que fréquemment porté par des femmes, Terre invite au voyage, créé un sillage élégant mais puissant ; et avant tout reconnaissable.

Même la fraîcheur de départ est surprenante. A la juste jointure entre la fraîcheur et l’amertume, le pamplemousse explose de vivacité et de caractère ici avec l’orange.
Le poivre est un élément incontournable de Terre, il apporte la puissance et la facette boisée sèche, pour accompagner le patchouli, le cèdre et surtout le vétiver en note de fond.
Un boisé sec et épicé, au caractère tranché, qui ne laisse personne indifférent.

Découvrez Terre Parfum, une déclinaison plus concentrée, plus profonde et plus puissante ; Eau très Fraîche, une eau légère où le pamplemousse prend sa place de roi ; enfin la dernière création Eau Intense Vétiver, ou ce dernier s’épanouit aux côtés de la bergamote et du poivre de Sichuan.


Cypresso di Toscana chez Acqua Di Parma

La petite dernière de la collection des Blue Mediterraneo est enfin là.
Elle s’articule autour du Cyprès, pour nous projeter direction la Toscane.

Le sillage aromatique est surprenant d’une fraîcheur verte inédite dans cette collection.
En tête on découvre de l’anis étoilée sucrée, de l’orange juteuse et du petit grain croquant.
La note de cœur laisse apparaître les accents aromatiques signatures du parfum, qui reposent sur un accord balsamique rond et liquoreux pour laisser un souvenir impérissable sur la peau…
Très belle création, l’équilibre entre la fraîcheur et la vivacité verte est parfaite, et la signature Cologne de tradition Italienne Acqua Di Parma est toujours là.

%d blogueurs aiment cette page :